Fleurs coupées

Le 16 août 2002 par Olivier

De ces quelques fleurs coupées…
De ces quelques lueurs couchées…
… Au crépuscule d’un jardin multicolore,
… Au ridicule d’un gredin sans l’or,
Magali ornera sa chambre non orgasmée.
Ma jolie croquera ma Sambre phantasmée.

Jadis, bien plus tard, ce souvenir gagnera son cœur,
J’Abyss, plein brouillard, mon avenir purgera rancœur.

La jeune mouette admire ces pétales à Ennordres,
Le jeune poète aspire mes dédales en ordre.

Saphir, Emeraude, Rubis, Héliodor, Diamant
N’égaleront jamais le feu d’un cœur d’amant !

à Magali, Tendrement, le 16 août 2002

Laissez un commentaire