Lucarne

Le 5 mars 1999 par Olivier

Là-bas, dans ce violent vacarme,
Loin de nos misérables sarcasmes,
De longues machettes à double lames
Ecrivent encore un nouveau drame.
Sur nul cercueil oublié, les larmes,
Ne scelleront le charnier d’entre ces vieux charmes.

Mais tous, ici, entourés par tant de charme,
Jalousement gardés par nos fiers gendarmes,
Avons-nous seulement foi de tirer l’alarme ?
Non. Car nos trop longues rames
Achèvent toujours nos pauvres âmes
Alors que d’autres se noient dans cet océan de lames.

Mais quand ce pouvoir prendront nos dames ?
Que nous puissions enfin abandonner les armes !

à mon amie Mokona, le 5 mars 1999

Laissez un commentaire